Rechercher
  • Mon Atelier Numérique

La révolution écologique selon Aurélien Barrau


Astrophysicien engagé dans la question écologique, Aurélien Barrau est l’auteur d’un livre paru le 2 mai 2019 intitulé Le plus grand défi de l’histoire de l’Humanité.

Ce livre fait suite à l’appel du même nom, lancé par Aurélien Barrau et Juliette Binoche dans le journal Le Monde du 3 septembre 2018 et signé par 200 personnalités.


Dans l’émission de télévision C à Vous diffusée sur France 5 le 9 mai 2019, puis dans l’émission C Politique du 12 mai 2019, Aurélien Barrau évoque l’urgence écologique sans tabou.

La fin du monde est une chose sérieuse.

Dans 30 ans, nous aurons entre 200 millions et 1 milliard de réfugiés climatiques. Et d’ici la fin du siècle, 74% de l’humanité sera soumise à une canicule. En 40 ans, nous avons perdu près de 60% des populations d’animaux sauvages. Les populations d’insectes s’effondrent, les oiseaux disparaissent et dans quelques années, les plus gros animaux terrestres seront les vaches.

Selon un rapport récent de l’ONU, 1 million d’espèces sont menacées d’extinction à très court terme et 75% de l’environnement terrestre a été gravement altéré par les activités humaines.

La cathédrale du vivant est en train de brûler.

C’est une monstruosité qui est en train de se produire. Et ce n’est une surprise pour personne. En réalité il ne s’agit que de bon sens: il n’est pas nécessaire d’être sur-diplômé pour comprendre qu’une croissance infinie dans un monde fini n’est pas possible.

Le fait qu’en quelques décennies, nous ayons perdu plus de la moitié des populations des animaux sauvages est une catastrophe sans précédent.

Est-il trop tard?

Ce “trop tard” ne veut rien dire. Il est évidemment trop tard pour que rien ne se soit passé. Et quand bien même la Nature reprendrait ses droits, les vivants et les espèces qui sont morts, ne reviendront pas.

Aujourd’hui, toute personne cérébrée ne doute pas du problème majeur qui est en cours. Ce n’est pas une peur, c’est un constat. Nous sommes dans une situation critique où il est tout à fait évident que les conséquences seront tout à fait dramatiques. Mais il n’en demeure pas moins qu’entre +2,5°C et +6°c de réchauffement climatique en un siècle, cela change quand même tout.

Il est trop tard pour éviter un certain nombre de catastrophes, la vie sur Terre est en train de s’étioler, c’est un fait. C’est un constat. Il n’est toutefois pas trop tard pour éviter que ce soit pire encore.

L’immense erreur est de croire que l’on peut continuer sur la même lancée, que peut-être qu’avec un peu de voiture électrique, un peu d’éolienne, on va s’en sortir.

Croyez-vous vraiment que l’on va sauver le Monde avec des voitures électriques? Croyez-vous vraiment que faire voyager quelqu’un de 70 kilos dans une Tesla de 2 tonnes va nous mener à une solution?


Le développement durable est une fake news.

Il n’y a pas de moyen de continuer à ne rien changer à notre niveau de vie sans que cela nous détruise. On peut faire semblant de trouver des solutions qui concilient tout: on ne perd rien en confort et en plus, on sauve la planète. Mais c’est juste scientifiquement faux.

Certains pensent encore que, in fine, le génie humain résoudra le problème, c’est complètement idiot. L’expansionnisme humain totalement déraisonnable a été poussé à un paroxysme tel que l’artificialisation des espaces tue la vie sur Terre; en France, on perd l’équivalent d’un département tous les 10 ans de terre sauvage.

Festival Climax à Bordeaux du 6 au 9 septembre 2018. Dans le cadre du festival Climax organisé à Darwin Ecosystème à Bordeaux, Aurélien Barrau transforme son intervention en tribune politique et réitère son appel à un changement sociétal pour préserver la vie et la planète.

On ne peut pas continuer sur une trajectoire de croissance en terme d’utilisation des ressources naturelles, ce n’est pas physiquement possible. Il ne peut pas y avoir de pensée écologique sans une pensée sociale fondamentalement axée sur la mise en commun des ressources.

On pourrait impacter beaucoup moins l’environnement avec 12 milliards de personnes qui se comportent de façon décente qu’avec 7 milliards de personnes qui se comportent de façon totalement délirante comme c’est le cas aujourd’hui.

Il est hors de question que la révolution écologique se fasse au détriment des plus démunis. La question c’est le sens même de toute cette industrie qui est là pour produire à n’en plus finir des objets techniques qui ne sont pas nécessaires et qui contribuent à notre perte. Ce qui est fondamental, c’est que nous reconnaissions que nous nous sommes collectivement trompés.


On s’est trompé dès lors que l’on a considéré la nature comme une ressource à exploiter.

Il faut consommer moins. Il n’y a pas de salut sans décroissance. Vaut-il mieux inventer la 14G pour des téléphones qui permettront de télécharger internet en 4 secondes ou vaut-il mieux se soucier un petit peu de ces millions d’années d’évolution subtile qui ont fait naître ces choses magiques, merveilleuses, miraculeuses, que nous sommes en train de délibérément et définitivement faire disparaître?

On ne peut pas faire une fois de plus, une fois de trop, comme si un miracle allait se produire.

8 vues
Mon Atelier Numérique - 33370 Artigues-Près-Bordeaux - SIRET 850 642 562 00019 APE 7410Z
mail icon.png
phone icon.png
icon pin map.png
FB icon.PNG
insta icon.png